Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > surdoué Bordeaux > Qu’est ce que  l’intelligence ?

Qu’est ce que l’intelligence ?

Bien que l’intelligence soit l’un des sujets très discutés en psychologie, il n’existe pas de définition standard de qui fait consensus. Certains chercheurs suggèrent que l’intelligence est une capacité unique et générale, tandis que d’autres pensent qu’elle englobe un éventail d’aptitudes, de compétences et de talents.

l'intelligence ou les intelligences

J’accompagne des adultes surdoués depuis plus de 20 ans, dans des contextes de vie professionnelle et personnelle. Mon accompagnement se base sur l’hypnose, les thérapies systémiques, la psychologie positive, la communication non violente, la mindfulness…

Comment les psychologues définissent l’intelligence ?

L’intelligence a été un sujet important et controversé dans l’histoire de la psychologie. En dépit de l’intérêt considérable que suscite le sujet, il existe toujours un désaccord important sur les éléments constitutifs de la définition même de l’intelligence. Au-delà de cette question, le débat se poursuit aujourd’hui sur la question de savoir si des mesures précises sont même possibles.

L’intelligence a été définie de nombreuses manières, notamment par le prisme de diverses capacités :  logique , compréhension , conscience de soi, apprentissage, connaissance émotionnelle, raisonnement, planification, créativité, pensée critique, de résolution de problèmes, etc …

Plus généralement, on peut parler de capacités mentales très générales qui impliquent, entre autres choses, la capacité de : raisonner, planifier, résoudre des problèmes, penser de façon abstraite, comprendre des idées complexes, apprendre rapidement, d’expérimenter, etc … Elle reflète plutôt une capacité plus large et plus profonde d’appréhender notre environnement : “comprendre”, “donner un sens” aux choses, ou “déterminer” ce qu’il faut faire, ou encore à s’adapter efficacement à l’environnement, à tirer des enseignements de l’expérience, à s’engager dans diverses formes de raisonnement, à surmonter les obstacles.

Comment le concept d’intelligence s’est développé ?

À la suite de la loi de l’enseignement obligatoire de 1882, Binet fut chargé de mission en 1904 par le ministre de l’Éducation. Le ministère de l’Instruction Publique fait appel à ses compétences pour imaginer un outil qui permettrait de repérer les enfants susceptibles de rencontrer les plus grandes difficultés scolaires.

Pour définir son test, il constate qu’il n’y a qu’une seule caractéristique de l’intelligence humaine sur laquelle tout le monde s’accorde : “elle s’accroît pendant l’enfance (au moins jusqu’à la mi-adolescence) sans que cet accroissement ne nécessite aucune acuité sensorielle exceptionnelle, ni aucune éducation spécifique“. Binet a été le premier à introduire le concept d’âge mental, ou ensemble de capacités que possèdent les enfants d’un certain âge.

Le terme “quotient intellectuel” ou “QI” a été inventé au début du 20ème siècle. En 1912, l’Allemand STERN a l’idée de diviser le résultat obtenu au test de BINET-SIMON par l’âge réel de l’enfant, et de multiplier le tout par 100. C’est le premier “quotient”.

Théories de l’intelligence

Différents chercheurs ont proposé des théories pour expliquer la nature de l’intelligence. Voici certaines des principales théories de l’intelligence qui ont émergé au cours des 100 dernières années.

L’intelligence générale

L’intelligence générale, également appelée facteur g , fait référence à l’existence d’une capacité mentale large influençant la performance sur les mesures de capacité cognitive. Charles Spearman (1863-1945) a décrit pour la première fois l’existence de l’intelligence générale en 1904.

Selon Spearman a été l’un des chercheurs qui a contribué à la mise au point d’une technique statistique appelée analyse factorielle. L’analyse factorielle permet aux chercheurs d’effectuer différents tests permettant de mesurer des capacités communes. Par exemple, les chercheurs pourraient constater que les personnes qui obtiennent de bons résultats sur des questions qui mesurent le vocabulaire ont également de meilleures performances sur des questions relatives à la compréhension en lecture ou en mathématiques.

Spearman croyait que l’intelligence générale représentait un facteur d’intelligence sous-tendant des capacités mentales spécifiques. Toutes les tâches sur les tests d’intelligence, qu’elles aient trait à des capacités verbales ou mathématiques, ont été influencées par ce facteur g sous-jacent.

L’intelligence générale peut être comparée à l’athlétisme. Une personne peut être un coureur très habile, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’elle sera également un excellent patineur artistique. Cependant, comme cette personne est sportive et en forme, elle accomplira probablement beaucoup mieux les tâches physiques qu’une personne moins coordonnée et plus sédentaire.

De nombreux tests d’intelligence modernes, y compris le Stanford-Binet, mesurent certains des facteurs cognitifs supposés constituer l’intelligence générale. Ceux-ci incluent le traitement visuel-spatial, le raisonnement quantitatif, la connaissance, le raisonnement fluide et la mémoire de travail.

  • Le traitement visuel-spatial implique des capacités telles que la mise en place de puzzles et la copie de formes complexes.
  • Le raisonnement quantitatif implique la capacité de résoudre des problèmes comportant des nombres.
  • La connaissance implique la compréhension par une personne d’un large éventail de sujets.
  • Le raisonnement fluide implique la capacité de penser avec souplesse et de résoudre des problèmes.
  • La mémoire de travail implique l’utilisation de la mémoire à court terme, telle que la possibilité de répéter une liste d’éléments.

Si l’analyse factorielle rend compte d’une corrélation entre toute les épreuves, cette corrélation n’est cependant pas pure, et chaque aptitude possède une part d’indépendance vis-à-vis des autres. Il introduit donc également la notion de facteur spécifique, et conclue qu’il en existe 1 par épreuve.
Spearman propose que le facteur g est une énergie mentale dont la quantification est variable d’un individu à l’autre : c’est la capacité à établir des relations logiques et à les appliquer.
L’épreuve pouvant estimer au mieux le facteur g – l’intelligence générale – serait l’épreuve des matrices de Raven (sous sa forme PM 38 – progressive matrice, 1938). Les aptitudes testées ne sont pas vraiment verbales, elles ne font pas intervenir de connaissances, mais font intervenir la logique, le raisonnement, les aptitudes spatiales, particulièrement corrélées avec le facteur g.
Néanmoins, si l’existence d’un facteur d’intelligence générale n’a jamais réellement été contredit depuis, cette vision de l’intelligence semble assez réductrice.

Capacités mentales primaires

Le psychologue Louis L. Thurstone (1887-1955) a proposé une théorie différente de l’intelligence. Au lieu de considérer l’intelligence comme une capacité unique et générale, la théorie de Thurstone s’est concentrée sur sept capacités mentales principales :

  • Compréhension verbale
  • Raisonnement
  • Vitesse de perception
  • Capacité numérique
  • Fluidité de la parole
  • Mémoire associative
  • Visualisation spatiale

Thurstone donne ainsi naissance à une théorie multifactorielle de l’intelligence et ne trouve pas de facteur g.

Par la suite, Thurstone reprend ses calculs, les affine et augmente le nombre de facteurs spécialisés (jugement, créativité, intelligence sociale…). Il trouve finalement 20 aptitudes mentales, qu’il nommera capacités mentales primaires.

Horn et Cattell démontrent en 1966 que les capacités mentales primaires sont corrélées entre elles, d’où la présence de ce facteur g, invalidant par là même, l’idée de Thurstone. Bien que mettant en évidence le facteur g dans les propositions de Thurstone, ils introduisent les concepts d’intelligence cristallisée, gc (correspondant aux connaissances, à la compréhension verbale,…) et d’intelligence fluide, gf (correspondant au raisonnement pur, aux aspects abstraits et indépendants des connaissances, mesurés donc à l’aide d’épreuves de raisonnement non-verbales).

Howard Gardner: intelligences multiples

L’une des idées les plus récentes est la théorie des intelligences multiples de Howard Gardner. Au lieu de se concentrer sur l’analyse des résultats des tests, Gardner a suggéré que les expressions numériques de l’intelligence humaine, comme dans le test de QI, ne constituent pas une description complète et précise des capacités des personnes. Sa théorie décrit huit types d’intelligence distincts, basés sur des compétences et des capacités valorisées dans différentes cultures :

  • Intelligence visuelle et spatiale
  • Intelligence verbale linguistique
  • Intelligence corporelle-kinesthésique
  • Intelligence logique-mathématique
  • Intelligence interpersonnelle
  • Intelligence musicale
  • Intelligence intrapersonnelle
  • Intelligence naturaliste

Plusieurs chercheurs (Almeida, Ferrando, Ferreira, Prieto, Fernandez, & Sainz, 2009; Almeida, Prieto, Ferreira, Bermejo, & Fernandez, 2010; Casteljon, Perez, & Gilar, 2010) ont montré que, contrairement à la position défendue par Gardner, il est aussi possible d’observer la présence d’un facteur général avec des mesures des intelligences multiples.

Robert Sternberg: théorie triarchique de l’intelligence

Pour Sternberg, l’intelligence se doit d’être définie par l’évaluation de la réussite dans la vie, elle-même définie par des critères qui sont propres à l’individu et au contexte socioculturel dans lequel il évolue.

Robert Sternberg suggère que l’ intelligence a des dimensions indépendantes du facteur g. Il soutient qu’il existe trois classes d’intelligence :

  •  Intelligence analytique: Capacités à résoudre des problèmes, analyser des résultats
  • Intelligence créative : Capacité à faire face à de nouvelles situations, de proposer une nouvelle manière d’envisager les choses et d’avoir une pensée originale
  •  Intelligence pratique: Capacité à vous adapter à un environnement en mutation

Selon Sternberg, les tests psychométriques traditionnels ne mesurent que l’intelligence analytique et devraient également être augmentés pour tester l’intelligence créative et pratique.

Sternberg a mené de nombreuses expériences qui, selon lui, confirment la validité de sa théorie. Plusieurs chercheurs ont contesté cette conclusion. Nathan Brody a montré que les capacités prétendument indépendantes étaient presque uniquement dues à un seul facteur général sous-tendant les tests, que Brody a assimilé au facteur g.

Conclusion

Les chercheurs on distingué de multiple facteurs de l’intelligence, mais à ce jour aucune approche n’a permis de remettre en cause le Facteur g.

S’il ne fait aucun doute que g n’est pas totalement sans lien avec ce qu’on appelle couramment l’intelligence — puisqu’il est lié à toutes les questions de raisonnement — cela ne prouve pas, et même pas du tout, que g puisse légitimement porter le nom « d’intelligence ». Après tout, rien n’empêche que g soit une mesure d’attention, de vitesse, ou encore « d’énergie mentale » telle que Spearman avait finit par la désigner.

Au delà de toutes ces considérations, et si la définition qu’a chacun d’entre nous de l’intelligence peut varier, si on ne sait pas définir l’intelligence, tout le monde s’accorde à peu près sur ce qu’elle est.

Etudes scientifiques sur l’intelligence

Pour de nombreux généticiens, la capacité cognitive générale ( g ), généralement appelée «intelligence» ou «QI», peut sembler être une caractéristique très improbable à prendre au sérieux. Plus que tout autre trait, il est associé à une controverse, à la fois scientifique et politique, qui a été observée le plus récemment après la publication de The Bell Curve (Herrnstein et Murray 1994 ). Comment mesurer quelque chose d’aussi nébuleux que g ? Comment peut-il être utile dans les analyses génétiques?

Des livres comme celui-ci de Nicholas Mackintosh aideront à la réhabilitation scientifique de g (voir aussi Brody 1992 ; Seligman 1992 ; Sternberg et Grigorenko 1997 ; Jensen 1998 ). Mackintosh est président du Département de psychologie expérimentale de l’Université de Cambridge et est un théoricien éminent de l’apprentissage des animaux. Qu’il vienne examiner le domaine de l’intelligence en tant qu’étranger sans hache à moudre augmentera l’impact du livre pour un large public, avec son approbation de l’importance du g et de la génétique qui le sous-tend. Le livre de Mackintosh est une bonne introduction à ce domaine, dans sa description des preuves de gvalidité, fiabilité, stabilité et héritabilité. Le livre comprend également un bon résumé de ce que nous savons (et, surtout, ne savons pas) sur les effets environnementaux sur g; il aborde la lourde question des différences de groupe et est particulièrement utile dans sa tentative de réunir g et psychologie cognitive, deux domaines du fonctionnement mental qui ont gardé leurs distances. Parce que le livre offre un large aperçu de ces domaines, il ne traite pas de toutes les questions liées à la génétique (voir ci-dessous), ni ne traite de la recherche en neurosciences sur l’apprentissage et la mémoire, comme on le voit dans la plasticité synaptique comme la potentialisation à long terme, un domaine dans lequel des progrès rapides sont réalisés dans l’analyse génétique (Migaud et al. 1998 ). (voir l’étude)

Haut Potentiel Intellectuel

Haut Potentiel Intellectuel

Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > Adulte surdoué à BordeauxL'accompagnement de l'adulte surdoué à BordeauxJ’accompagne des adultes surdoués depuis plus de 20 ans, dans des contextes de vie professionnelle et personnelle. Mon accompagnement se base sur l’hypnose,...

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Les séances se font sur rendez-vous dans un cadre de relation d’aide et en toute confidentialité et discrétion, sans discrimination d’origine, de mœurs, de situation familiale, d’orientation sexuelle, de religion… Combien de séance, comment se déroulent-elles, quel est le prix, comment se présente mon cabinet ? …

Les états modifiés de conscience

Les états modifiés de conscience

Altérer, temporairement l’expérience subjective fait partie des mécanismes hypnotiques, dans les phénomènes d’induction de transe. Dire que l’hypnose est un état de conscience modifié est a minima réducteur de ce que serait l’hypnose, si tant est qu’il soit possible, un jour, de la définir dans toutes ses dimensions. La transe, l’expérience d’une sensation non ordinaire, fait cependant partie du paysage des expériences vécues en hypnose.

Hypnose et traumatismes complexes

Hypnose et traumatismes complexes

La recherche commence à démontrer qu’il est considérablement plus répandu que le syndrome de syndrome de stress post traumatique plus circonscrit décrit dans le DSM. Sur cette base, nous discutons des raisons pour lesquelles le traitement hypnotique structuré est particulièrement bien adapté pour le syndrome post traumatique complexe

Bronchopneumopathie chronique obstructive et l’hypnose

Bronchopneumopathie chronique obstructive et l’hypnose

Une étude récente conclue qu’une séance d’hypnose de 15 minutes a amélioré l’anxiété des participants des personnes atteinte de bronchopneumopathie chronique obstructive. Les résultats indique que l’hypnose peut contribuer à l’amélioration des niveaux d’anxiété et de la mécanique respiratoire chez les patients atteints de BPCO sévère.

Arrêter de fumer, les déclencheurs, les excuses

Arrêter de fumer, les déclencheurs, les excuses

Observer les situations qui pour vous sont les plus difficiles à gérer au quotidien, va le plus souvent être un vecteur de progression dans votre arrêt du tabac. Avant d’envisager à défaire les liens, les dépasser le plus simplement, comprendre ou sont ses propres déclencheurs, quelles sont les idées à propos de ma consommation de cigarette qui peuvent être un frein, ou générer une peur ?

La théorie polyvagale et l’hypnose

La théorie polyvagale et l’hypnose

La théorie polyvagale nous a fourni une compréhension plus sophistiquée de la biologie de la sécurité et du danger. La théorie polyvagale décrit le nerf vague (ou système parasynpathique) en deux branches séparées : le nerf vagal dorsal (ou nerf vague ancien – branche dorsale du nerf vague) et le nerf vagal ventral (ou nerf vague nouveau – branche ventrale du nerf vague).

La neuroplasticité cérébrale comme vecteur de changement en hypnose

La neuroplasticité cérébrale comme vecteur de changement en hypnose

Si nous disposons tous au démarrage d’un “potentiel plastique”, certains d’entre nous, plutôt que de développer ces capacités plastiques à travers le nourrissement de la créativité, de la spontanéité, de l’imprévisibilité, vont plutôt s’inscrire dans des tendances routinières, au travail, en famille, dans leurs relations…, en répétant quotidiennement les mêmes faits et gestes. Cette répétition à outrance les amène à ne devenir petit à petit que l’ombre d’eux-mêmes.

Les valeurs comme buts motivationnels en hypnothérapie

Les valeurs comme buts motivationnels en hypnothérapie

Au cours d’un accompagnement en hypnose, en PNL, en coaching, il est souvent intéressant de questionner les valeurs de la personne pour qu’elle se connecte mieux à ses envies, ses buts, ses objectifs et la guider dans le sens de ce qui est véritablement important pour elle, sans jugement de valeur.Avoir conscience de ses propres valeurs développe la capacité de faire des choix, de poser des limites claires pour soi et pour les autres. Les implications peuvent être très nombreuses (apprendre à dire non, lever les indécisions, retrouver le goût et la motivation, apprendre à mieux se connaître, comprendre les mécanismes sous-tendus par ses valeurs…

La construction de l’addiction au tabac

La construction de l’addiction au tabac

Que l’on se place du point de vue des neurosciences, de la psychologie sociale ou de l’éducation, votre façon de fumer vous est propre, spécifique, et cette façon de consommer est le résultat d’une série d’apprentissages.

Arrêter de fumer est un processus qui consiste à désapprendre, à déconstruire, notre façon de fumer et le rapport que vous avez par rapport au tabac. En fonction de votre parcours de vie…

Cabinet public à Bordeaux – Kevin Finel – Directeur de l’ARCHE

Cabinet public à Bordeaux – Kevin Finel – Directeur de l’ARCHE

Comme à chaque cabinet public, kevin finel parle un peu d’hypnose, part en improvisation par rapport à ce qui se passe avec vous, aux envies que certains pourrons avoir.
L’idée des cabinet publics est de montrer de l’hypnose en même temps qu’on en parle puisque c’est la meilleure façon de comprendre ce qui s’y passe
D’expliquer un peu ce que sont les concepts et puis de s’amuser.