Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > thérapie sensorimotrice Bordeaux

Approche sensorimotrice

L’apport de la thérapie sensorimotrice dans le cadre de l’hypnose

Dans les années 1970, Pat Ogden a commencé à prêter attention au lien entre la dissociation structurelle de ses clients avec leur corps et leurs préoccupations psychologiques. Elle est à l’origine de la thérapie sensorimotrice. Le traitement sensorimoteur est similaire à «L’expérience somatique» de Peter Levine (1997) dans le suivi de la sensation physique, mais diffère dans son intention.

therapie sensori motrice à Bordeaux

L’expérience somatique est une approche orientée vers le corps pour dépasser les résurgences somatiques en lien avec des épisodes traumatiques et autres troubles du stress. Il s’agit du travail de toute une vie du Dr Peter A. Levine, résultant de son étude multidisciplinaire de la physiologie du stress, de la psychologie, de l’éthologie, de la biologie, des neurosciences, des pratiques de guérison autochtones et de la biophysique médicale, ainsi que de plus de 45 ans d’application clinique réussie. L’approche SE (Somatic Experience)™ libère des blessures des traumatismes affectifs et du développement précoce de l’attachement, ou résultantes d’un événement de vie brutal.

Séance individuelle

– 1h30 –

approche sensori motrice

Vous habitez Bordeaux ou sa région, je vous accueille au cabinet médical du 118 au Bouscat.

Lors d’un événement de vie brutal, d’un choc émotionnel majeur, d’un traumatisme, l’esprit humain peut être profondément perturbé. De la même manière, le corps, en dehors des phénomènes de blessures, réagit fortement aux traumatismes. Il se tend dans des proportions que seules les personnes ayant vécu un accident peuvent comprendre, il se crispe dans la peur, et se fige, parfois s’effondre, dans les états de terreur lors des événements entrainant des situations désespérées, sans espoir.

Lorsque les processus de restauration naturels ne sont pas respectés, les effets du traumatismes se fixent, et la personne peut présenter des signes de traumatismes.

Selon Peter Levine, la psychologie aborde le traumatisme à travers ses effets sur l’esprit, ce qui ne constitue au mieux que la moitié du problème. Il ne considère pas le traumatisme comme comme une pathologie qui doit être gérée, supprimée, ou à laquelle il faudrait s’adapter, mais comme le résultat d’un processus naturel qui aurait mal tourné.

Le traumatisme ou l’adversité

Le traumatisme peut commencer avec un stress aigu suite à une menace perçue comme vitale ou comme le résultat d’un stress cumulatif. Les deux types de stress peuvent sérieusement altérer la capacité d’une personne à fonctionner au quotidien. Les traumatismes peuvent résulter d’une grande variété de facteurs de stress tels que les accidents, les procédures médicales invasives, les agressions sexuelles ou physiques, la violence émotionnelle, la négligence, la guerre, les catastrophes naturelles, la perte, les traumatismes à la naissance ou les facteurs de stress corrosifs de la peur et des conflits …

La définition officielle du traumatisme utilisée par les psychologue et les psychiatres consiste à dire qu’il est causé par un événement hors du commun et qui provoquerait des symptômes évidents de détresse chez la plupart des individus. Comme le fait remarquer Peter Levine, cette description, si elle peut servir de point de départ, est incomplète. Les débats autour de la définition du traumatismes continuent d’être houleux. Certains experts de l’accompagnement des personnes en détresse consécutivement à des épreuves vécues, évoquent aujourd’hui l’adversité plutôt que le traumatisme afin de s’affranchir de définitions trop limitantes.

En effet, qui peut dire ce qui est en dehors du champs de l’expérience humaine habituelle ? Ce qui est habituel pour une personne peut être tout à fait exceptionnel pour une autre. Les personnes vivant dans des contextes de guerre, sont habitués aux bombes, aux viols, qui pour autant sont des expériences qui sont toujours traumatisantes…

Les flash-back, l’anxiété, les attaques de panique, l’insomnie, la dépression, les problèmes psychosomatiques, le repli sur soi, les crises de colère, les comportements auto-destructeurs sont des problématiques récurrentes dans le cadre du traumatisme.

Aujourd’hui, nous savons que l’éventail des causes du traumatisme est large et diversifié. Il est désormais acquis que le traumatisme est fréquent et qu’il peut être causé par des faits en apparence bénins. Le traumatisme est si courant que la plupart des gens ignorent qu’ils en souffrent. Même si les symptômes d’un stress post traumatique ne se sont pas manifestés de façon complète, chacun d’entre nous a vécu au moins une expérience traumatisante au cours de sa vie.

Cependant, le traumatisme n’est pas une condamnation à vie, les traumatismes liés à un événement spécifique s’accompagnent généralement assez bien. Le couplage entre l’hypnose, les outils issues de la thérapie sensorimotrice et l’EMDR offrent des résultats intéressants. Dans le cadre des traumatismes complexes qui demandent un accompagnement spécifique, Pat Odgen a inséré les démarches dans un cadre plus large, la logique d’accompagnement par phase, entres autres.

A lire également :

trauma complexe hypnose bordeaux

Le traumatisme complexe et l’hypnose

Les séquelles de traumatismes complexes sont souvent un défi pour les accompagnants à bien des égards, y compris pour les plus chevronnés d’entre eux.. Par traumatismes complexes on comprend principalement des événements traumatisants, répétitifs, vécus principalement dans l’enfance jusqu’à l’adolescence.

Comment les animaux décharge l’énergie d’un choc ?

thérapie sensorimotrice, peter levine

Peter Levine, de la somatic experience à la thérapie sensorimotrice

Le Dr Levine a été inspiré pour étudier le stress sur le système nerveux animal, lorsqu’il a réalisé que les animaux étaient constamment menacés de mort, mais ne présentaient aucun symptôme de traumatisme. Ce qu’il a découvert, c’est que le traumatisme a à voir avec la troisième réponse de survie à la menace de vie perçue , qui est le gel (ou le figement). Lorsque le combat et la fuite ne sont pas des options, nous gèlons et immobilisons, comme pour «faire le mort».

Dans cet état, nous sommes aux yeux des prédateurs, une cible moins intéressante. Cependant, cette réaction est sensible au temps,en d’autres termes, il doit suivre son cours, et l’énergie massive qui a été préparée pour le combat ou la fuite est déchargée, par des secousses et des tremblements. Si la phase d’immobilité ne se termine pas, cette charge reste “piégée” et le corps continue de réagir comme si il était toujours menacé.

Ces travaux, sont aujourd’hui appuyer par la théorie polyvagale. En effet, selon Stephen Porges, PhD, non seulement le corps se souvient d’une expérience traumatique, mais il peut en fait rester coincé dans le mode de réponse au traumatisme. Il existe trois sous-systèmes d’énergie neuronale de base. Ces trois systèmes sous-tendent l’état général du système nerveux ainsi que les comportements et émotions corrélatifs, conduisant à trois stratégies défensives contre la menace (la fuite, le combat et le figement).

Le traitement sensorimoteur est similaire à «L’expérience somatique» de Peter Levine (1997) dans le suivi de la sensation physique, mais il diffère dans son intention. Pour Levine, suivre la sensation physique est une fin en soi. Son approche n’inclut pas spécifiquement de cartes thérapeutiques pour aborder le traitement cognitif ou émotionnel La méthode sensorimotrice fonctionne pour libérer cette énergie stockée et désactiver cette “alarme” qui provoque une dérégulation et une dissociation graves.

A lire également :

La théorie polyvagale et l’hypnose

Dans le champs de l’hypnose, cette théorie propose une grille de lecture nécessaire afin de comprendre les mécanismes qui sous-tendent certaines de nos difficultés, blocages ou autre incapacité à entrer dans l’action.

Qu’est-ce que l’approche sensorimotrice ?

L’approche sensorimotrice est un accompagnement par la parole basée sur le corps, intégrant les découvertes actuelles des neurosciences pour transformer les souvenirs traumatisants en forces et en ressources pour la personne. Il fonctionne avec les expériences à l’origine des problèmes du développement, tels que le manque de relation satisfaisante maternelle, ainsi que les expériences à l’origine des problèmes aigus ou graves comme les abus sexuels, la violence ou la violence verbale. Les accompagnants sensorimoteurs travaillent sur la pleine conscience et la collaboration avec la personne accompagnée.

Avec le développement de l’approche sensorimotrice , une personne est en mesure d’examiner comment les expériences traumatisantes passées les affectent somatiquement. Cette forme de traitement des expériences à l’origine des problèmes traite les symptômes physiques, en particulier ceux de nature dissociative tels que l’anesthésie corporelle ou les inhibitions motrices, qui peuvent entraîner des difficultés de régulation des émotions , des cognitions et du fonctionnement au quotidien.

Lorsque les mots ne suffisent pas à aider une personne à trouver des solutions, une approche somatique de l’accompagnement des expériences à l’origine des problèmes peut être efficace. l’approche traditionnelle se concentre sur les aspects cognitifs ou émotionnels de l’individu, mais une telle approche est limitée. l’approche sensorimotrice rejoint les techniques cognitives et somatiques.

Ceci est important dans l’accompagnement car le traumatisme lui-même peut avoir un effet écrasant sur le corps et peut se manifester par des manifestations somatiques.

Comment se déroule une séance sensorimotrice ?

Les séances varient considérablement de l’une à l’autre. Elles dépendent des besoins de la personne et de la capacité de traiter le matériel traumatisant ainsi que du niveau de formation ou de compétence de l’accompagnant. Si une personne veut parler d’un incident traumatisant, en étant témoin d’une agression par exemple, un accompagnant demanderait au client de se rappeler d’un moment, quelques instants avant l’incident réel. Le accompagnant aiderait alors la personne à se mettre en pleine conscience en lui demandant de remarquer certaines choses : est-il contrarié, qu’est-ce qui, dans son corps, lui dit qu’il est contrarié ? Est-ce un resserrement de l’estomac ? Ou une sensation lourde dans la poitrine ? Ensuite, l’accompagnant demande au client de se concentrer sur ces sensations et, en observant ses gestes et ses postures, de découvrir quel mouvement la personne aurait aimé faire, sans qu’elle ait pu le faire à ce moment là.

L’approche sensorimotrice facilite donc l’achèvement des réponses motrices autoprotectrices et la libération d’énergie de survie contrariée liée au corps, s’attaquant ainsi à la cause profonde des symptômes de traumatisme. Ceci est abordé en guidant doucement les clients pour développer une tolérance croissante aux sensations corporelles difficiles et aux émotions supprimées. Dans l’approche sensorimotrice, l’événement traumatique n’est pas la cause du traumatisme, c’est la réponse à la menace de vie perçue qui va provoquer un déséquilibre au niveau du système nerveux. Le but est de vous aider à accéder à la mémoire corporelle de l’événement, pas à l’histoire. Nous ne discutons donc pas de ce qui s’est passé si vous ne le souhaitez pas.

A qui est destinée l’approche sensorimotrice?

Une expérience traumatisante peut endommager des processus implicites tels que la régulation des émotions, la possibilité de s’engager avec les autres et les mécanismes de défense contre la menace. Après avoir vécu un événement traumatisant, la relation d’une personne avec son corps peut être affectée. Par exemple, le système nerveux peut ne pas réguler efficacement les émotions, provoquant des sentiments de vulnérabilité, en se sentant dépassé ou régulièrement effrayé.

L’approche sensorimotrice met l’accent sur le fait d’aider les personnes à développer des ressources en eux-mêmes pour être en mesure d’autoréguler les affects, ou de sortir de la réponse de lutte / fuite / figement, pour revenir à un mode de fonctionnement plus clair dans sa façon de penseret de réagir de manière appropriée. Les personnes peuvent devenir moins réactives et plus proactives dans leurs relations, leur travail et leur famille. Elles en bénéficient également en développant la capacité de récréer du dialogue et une communication interactive avec les autres.

L’approche sensorimotrice comporte trois phases:

L’approche sensorimotrice de Pat Odgen comporte les trois phases typiques d’une conduite janétienne de l’accompagnement.

1) stabilisation et réduction des effets indésirables;

2) travailler avec la mémoire émotionnelle en lien avec le ou les événement à l’origine des difficultés;

3) la réintégration.

La technique de lecture corporelle de la phase 1 permet au accompagnant d’évaluer les capacités somatiques stables afin de créer un ancrage dans le présent. L’accompagnant prend note de toutes les difficultés dans la possibilité de mobiliser ses capacités, qui seront ensuite enseignées à la personne accompagnée si nécessaire à travers des exercices de respiration et / ou de pleine conscience par exemple.

L’intervention de lecture corporelle est à nouveau utilisée dans la phase 2 pour évaluer les réponses défensives qui n’ont pas été effectuées au moment du traumatisme. L’accompagnant aide la personne à compléter ces réponses défensives en prenant conscience de son corps. Lorsque les nouvelles réactions à l’événement traumatisant sont terminées, l’impuissance ressentie dans les réponses s’estompe et suscite un sentiment de triomphe, de sorte que la personne puisse s’autonomiser.

Dans la phase 3, la lecture corporelle évalue toutes les croyances d’une personne qui interfèrent avec le fonctionnement quotidien. Dans le trauma et le corps de Pat Ogden, un exemple est fourni où la distorsion cognitive d’une personne “ Je ne vaux rien, je dois me cacher ” se reflète dans des tensions corporelles telles que la traction des épaules ou une courbe vertébrale.

L’approche sensorimotrice s’appuie sur des méthodes traditionnelles, permettant d’intégrer ces interventions somatiques dans l’orientation et les choix d’accompagnement. Intégré à un modèle de type cognitif / émotionnel permet d’augmenter l’efficacité à faire face aux expériences traumatisantes.

Un modèle d’intégration peut être significatif dans sa focalisation sur les difficultés d’une personne à travers les cognitions, les émotions et la communication corporelle sous-jacente pour lesquels ils n’est parfois pas possible de poser des mots.

Prendre le temps et avancer à votre rythme

Ici, nous introduisons le concept de titrage – libérant lentement de l’énergie. L’expérience fonctionne par cycles, où vous sentez votre chemin à travers les oscillations normales de la sensation interne – contraction / expansion, plaisir / douleur, chaleur / froid – mais uniquement à un niveau que vous pouvez gérer. Ce processus rythmique répété vous aide à développer une plus grande capacité à gérer le stress et à rester dans le moment présent.

Hypnose, somatic expériencing et thérapie sensorimotrice.

Toutes ces approches sont complémentaires. Elles tissent généralement avec l’EMDR, la thérapie des états du moi, et la mindfullness, l’ensemble des techniques d’accompagnement des personnes dont les parcours de vie sont a minima cabossés.

L’hypnose va le plus souvent permettre à la personne, d’accéder à des ressources nécessaires afin de s’autoriser à ses propres ressentis physiques, physiologique. Un des principes fondamentaux de l’hypnose est de faire comme si. Imaginer que nous courons, que nous nous défendons… Grâce à l’apport des neurosciences aujourd’hui nous savons que le cerveaux va se comporter de la même manière sous hypnose que si la personne effectuait les actions. Quelqu’un qui imagine qu’il courre va activer les mêmes zones cérébrales qui si il courre effectivement. Nous voyons alors comment l’hypnose va, de façon très évidente, permettre de rejouer les situations, de les réinterpréter dans les sensations même du corps, et parfois de permettre de finir ce qui aurait du être fait au moment même du trauma lorsque celui-ci est identifié.

Les sous modalités issue de la PNL, ouvre la voix à l’imagination et au champs de représentation propre à l’imaginal. Ces techniques d’hypnose offrent souvent la possibilité de confronter le rapport à l’expression corporelle, de préparer les actions purement sensorimotrices.

Une approche complète devrait systématiquement intégrer la structure triunique de notre cerveau. La cognition _ le cortex_ (TCC, hypnose conversationnelle, outils de thérapie narrative, les techniques de recadrages de la PNL…), l’émotion _ le cerveau limbique_ (Hypnose, EMDR, EFT, méditation…), le corps _ le cerveau reptilien (hypnose, les apprches sensorimotrice, la TRE, la danse, le yoga…). Cette vision des choses peut tout à fait être sujette à caution et nécessairement réductrice, elle sert simplement à étayer le sens de mon propos et ma vision résolument holistique de personne accompagnée.

Si je ne suis ni médecin, ni psychologue, le corps médical adresse parfois des personnes qui ne répondent à aucun traitement et font le plus souvent état d’un parcours de vie très difficile, il me semble élégant de comprendre la constitution du traumatisme, les états de dissociations structurelles et de tenir un niveau de formation et d’information qui permettent de nourrir ma pratique de l’hypnose, en complémentarité avec le corps médical.

Thérapie sensorimotrice selon Pat Ogden

Thérapie sensorimotrice selon Pat Ogden

Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > Thérapie sensorimotrice à Bordeaux > thérapie sensorimotrice selon Pat OgdenAu début des années 1970, alors qu'elle travaillait comme technicienne et professeur de yoga / danse dans un hôpital psychiatrique, Pat Ogden s'est...

Dépasser les phobies avec l’hypnose

Dépasser les phobies avec l’hypnose

Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > Applications de l'hypnose > Dépasser les phobies avec l'hypnoseLes psychologues font souvent une distinction entre les peurs et les phobies. Une peur est une réponse émotionnelle à une menace réelle ou perçue. Une phobie est...

Gérer le stress avec l’hypnose

Gérer le stress avec l’hypnose

La gestion du stress est une demande très forte en cabinet. Vouloir baisser son niveau de stress, mieux appréhender des situations de stress chronique, voire en sortir, font régulièrement parti du travail en hypnose.

Gérer les émotions avec l’hypnose

Gérer les émotions avec l’hypnose

Si certaines personnes cherchent à libérer des émotions, d’autres souhaitent mieux les maitriser, les contrôler afin de retrouver un équilibre, une sérénité dans les actes de vie au quotidien.

Haut Potentiel Intellectuel

Haut Potentiel Intellectuel

Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > Adulte surdoué à BordeauxL'accompagnement de l'adulte surdoué à BordeauxJ’accompagne des adultes surdoués depuis plus de 20 ans, dans des contextes de vie professionnelle et personnelle. Mon accompagnement se base sur l’hypnose,...