Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > haut potentiel intellectuel à Bordeaux > L’hypersensibilité émotionnelle

Hypersensibilité émotionnelle

L’hypersensibilité émotionnelle n’est pas encore bien définie ni conceptualisée. Helene Aaron dans son livre “Ces gens qui ont peur d’avoir peur”, l’a quantifiée à environ 15 à 20% de la population générale. En ce qui concerne les sujets à haut potentiel intellectuel, de manière empirique et en l’absence de données statistiques, elles peuvent être beaucoup plus élevées.

hypersensibilité emotionnelle à Bordeaux

J’accompagne des adultes surdoués depuis plus de 20 ans à Bordeaux, dans des contextes de vie professionnelle et personnelle. Mon accompagnement se base sur l’hypnose, les thérapies systémiques, la psychologie positive, la communication non violente, la mindfulness…

Séance individuelle

– 1h30 –

hypersensibilité émotionnelle

Vous êtes hypersensible, haut potentiel intellectuel ou pas, vous habitez Bordeaux ou sa région, je vous accueille au cabinet médical du 118 au Bouscat.

Est qualifiée de très sensible (Personne Hautement Sensible : PHS _ Highly Sensitive Person : HSP) une personne dont on pense qu’elle présente une sensibilité accrue ou plus profonde du système nerveux central aux stimuli physiques, émotionnels ou sociaux, et ce au regard d’une normalité statistique en matière de régulation émotionnelle. S’il ne fait plus aucun doute aujourd’hui que chacun d’entre nous porte à travers son parcours de vie les apprentissages à l’origine des ressentis émotionnels, il n’en demeure pas moins que des différences interindividuelles sont observables, notamment dans le champs de l’intensité de l’expression émotionnelle vécue subjectivement.

Alors que les personnes très sensibles, voire hypersensibles ou plus simplement hyperémotives, sont parfois décrites négativement comme étant «trop sensibles», ce trait de personnalité, lorsqu’il est régulé, accueilli, nourri des capacités, des forces, des valeurs qui peuvent nous permettre de relevés les défis proposés par la vie, notre environnement.

L’hypnose, la mindfulness, l’EMDR, le Yoga, vont, le plus souvent, permettre une meilleure régulation émotionnelle, une meilleur acceptation, un meilleur contact avec ses propres émotions.

Le terme de personne hypersensible émotionnellement a été utilisé pour la première fois par les psychologues Elaine Aron et Arthur Aron au milieu des années 1990. Depuis, l’intérêt pour le concept n’a cessé de croître.

Qu’est-ce que l’hypersensibilité émotionnelle ?

On pourrait la décrire comme une caractéristique de certaines personnes à être plus réceptives que la moyenne aux stimuli provenant de l’environnement, dans la relation aux autres, à être sur-réceptifs à des ambiances, aux éléments de la communication non verbale comme les attitudes, les non dits. On pourrait parler de “6eme sens”. Les caractéristiques inhérentes à l’hypersensibilité émotionnelle ou l’hyperémotivité sont des caractéristiques inconstantes.

Si la pensée est régulièrement captée par des idées liées à des émotions chez chacun d’entre nous, quelque soit sa réactivité émotionnelle, ces émotions peuvent être observées et jugées comme étant trop intrusives par les personnes qui ressentent ces phénomènes. Les personnes hypersensibles, très émotives, peuvent se sentir littéralement envahies par leurs émotions. Cette sensation d’envahissement, de tsunami émotionnel pose de réelles difficultés aux personnes se reconnaissant dans l’hypersensibilité émotionnelle.

Les personnes à haut potentiel intellectuel peuvent être de bons candidats à l’hypersensibilité émotionnelle. Certaines études tendent à monter que les personnes à haut potentiel activent davantage certaines zones cérébrales en contact avec les zones de la gestion des émotions. Par ailleurs, des phénomènes d’hyperesthésie ou d’exacerbation des sens sont également rencontrés dans cette population chez les personnes hyperémotives.

Sensibilité au traitement sensoriel

La sensibilité au traitement sensoriel ( SPS ) est un trait de tempérament ou de personnalité impliquant “une sensibilité accrue du système nerveux central et un traitement cognitif plus profond des stimuli physiques, sociaux et émotionnels”. Ce trait de personnalité décrit une tendance à devoir faire une pause pour vérifier dans des situations nouvelles. Les personnes hypersensibles auraient une plus grande sensibilité aux stimuli subtils et l’engagement de stratégies de traitement cognitif plus approfondies pour employer des actions d’adaptation, le tout étant motivé par une réactivité émotionnelle accrue, à la fois positifs et négatifs.

Une personne ayant une mesure particulièrement élevée de SPS est considérée comme ayant une «hypersensibilité», une personne très sensible,  hyperémotive. Sont également évoqués dans le cadre des recherches scientifiques des termes comme style d’adaptation, réactivité, flexibilité, plasticité, sensibilité différentielle…  Cette réactivité aux stimuli est observée chez les êtres humains et dans d’autres espèces.

Selon Aron et ses collaborateurs, les personnes ayant un SPS élevé représentent environ 15 à 20% de la population.

Si les personnes les plus réactives aux émotions augmentent le risque de problèmes liés au stress en réponse à des environnements négatifs, des études nous montrent que l’hypersensibilité offre également un plus grand bénéfice d’expériences positives et de soutien, et de meilleures réponses à la psychothérapie. Si, dans le cadre de l’accompagnement, il est toujours nécessaire de créer du rapport. La qualité du rapport, la sécurisation de l’espace d’accompagnement, la posture vont être déterminants dans l’accompagnement des personnes émotionnellement hypersensibles.

Le concept d’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle n’est pas liée au coefficient intellectuel. On ne sait pas encore si le degré d’intelligence émotionnelle est innée ou acquise. En revanche, un rapport a été démontré entre la mesure de l’intelligence émotionnelle et la réussite du sujet et son épanouissement. Le concept d’intelligence émotionnelle est une modélisation qui propose un lien entre le fait d’avoir un bon niveau d’intelligence émotionnelle et  :

  • Etre capable de percevoir et d’analyser ses émotions et les émotions d’autrui
  • Avoir la capacité d’utiliser certains états émotionnels pour améliorer la réalisation de tache cognitive (selon le principe qu’il est plus facile de travailler dans la bonne humeur que sous pression ou sous contrainte par ex.)
  • Avoir un bon niveau de régulation interne de ses propres émotions, mais aussi des émotions d’autrui.

L’hypersensibilité émotionnelle et la régulation des ses émotions sont fonction de son parcours de vie, des difficultés rencontrées (violences, trahisons, ruptures…). Chacun va développer son propre rapport à ses émotions, sa capacité à les réguler, à s’en saisir parfois.

A partir de certains apprentissages incorrects, on peut déduire un certain nombre de cas de figure :

L’hyperesthésie associée à une mauvaise assimilation des messages émotionnels et une difficulté de régulation de l’état émotionnel interne pourra provoquer une sorte d’hyper vigilance chronique, à l’origine d’un trouble anxieux, voire d’attitude phobique de retrait.

Il pourra aussi provoquer un risque de débordement émotionnel chez certaines personnes tel que des réactions caractérielles, des prises de décisions impulsives et un risque de burn-out dépressif lorsque les débordement émotionnels seront trop importants et ou trop prolongés.

Chez d’autres personnes, lorsque que l’ingérence émotionnelle est trop déstabilisante, un système de verrouillage de la pensée par la cognition va se mettre en place. L’hypersensibilité ne s’exprime alors plus du tout et a contrario ces personnes paraissent désaffectivées, coupées de leur sphère émotionnelle.

Qu’est ce qui favorise le passage de l’hyperesthésie à l’hypersensibilité émotionnelle ?

L’hyperesthésie est une augmentation de la sensibilité de l’un ou de plusieurs de vos sens, comme la vue, l’ouïe, le toucher et l’odorat. Cela peut affecter un seul ou tous les sens. L’élévation d’un sens individuel est désignée par un nom distinct. Par exemple, une sensibilité accrue du toucher est appelée sensibilité tactile; une sensibilité accrue au son est appelée sensibilité auditive, etc …

Si l’hyperesthésie est une donnée fréquemment rencontrée chez les personnes à haut potentiel intellectuel (des coutures, un pull en laine ou une étiquette qui démange dans le cou, un éblouissement par temps ensoleillé, les bruits de fond qui finissent par envahir l’espace sonore…), certaines études corrèlent l’hypersensibilité sensorielle ou l’hyperesthésie à une sensibilité émotionnelle exacerbée.

Se pose alors la question de savoir ce qui favorise le passage de l’hyperesthésie à l’hypersensibilité émotionnelle. Les dernières études montrent que deux facteurs rentrent en ligne de compte :

  • L’état interne du niveau de sécurité du sujet : La qualité de l’environnement familial dans les premières années de vie est primordiale au développement d’un bon niveau de sécurité interne. Ce niveau est lié à la sécurité du cadre de vie, l’existence ou non de séparation précoce, le type d’attachement aux parents et à leur capacité à s’adapter aux besoins de leur enfant.
  • Le parcours du sujet et les événements traumatisants éventuels qu’il a pu subir. Les événements stressants ont pour chacun une portée différente. Le stress devient un traumatisme si les capacités d’assimilation émotionnelle du sujet sont débordées.

Comment se manifeste l’hypersensibilité émotionnelle ?

Selon les caractéristiques interindividuelles, elle peut proposer des formes différentes.

Dans le cadre des personnalités plutôt extraverties, on se trouve face à des personnes qui peuvent être dans l’excès, dans l’excès émotionnel, qui parfois comprennent mal les réactions des autres, et qui peuvent souffrir d’être mal comprises dans leurs propres réactions.

Mal contrôlée, l’hypersensibilité émotionnelle crée une caisse de résonance qui amplifie toutes les réactions émotionnelles. Elle peut être à l‘origine ou participer à des fluctuations thymiques. Le risque de burn-out émotionnel ou dépressif est assez grand.

Dans le cas des personnalités plutôt introverties, l’hypersensibilité peut renforcer l’introversion, l’anxiété, la méfiance face à l’extérieur, engendrant des attitudes de retrait, l’établissement de stratégies dites “écrans” destinées à se protéger de l’extérieur, des symptômes d’inhibition anxieuse, voire des phobies.

Dans les deux cas, le risque d’addiction est important comme l’addiction à des produits : alcool, cannabis ou autre drogue. Les produits sont alors utilisés comme une sorte de pare-feu anti émotion.

Le mécanisme d’écran est le même pour les addictions à la nourriture et les troubles du comportement alimentaire, pour les addictions à internet, le tabac… L’obsession pour la nourriture, pour le jeu, etc… permet de désinvestir la sphère émotionnelle réelle.

Hypersensibilité émotionnelle, les mécanismes neuronaux chez l’homme

À ce jour, cinq études d’ IRM fonctionnelle (IRMf) de l’hypersensibilité émotionnelle ont été menées chez l’homme, fournissant des éléments de réflexion de sa base neurale. En outre, plusieurs études comportementales de l’hyperémotivité ont été menées chez l’homme, qui tendent à démontrer que la conscience des subtilités environnementales et de la réactivité émotionnelle est améliorée dans l’hypersensibilité émotionnelle.

hypersensibilité émotionnelle

Le SPS est caractérisé par un cerveau «hypersensible», reflété par une réactivité accrue des zones indiquées en réponse à des stimuli socio-émotionnels ou autres stimuli environnementaux. Ensemble, les modèles d’activité dans le cerveau des individus hyperémotifs pointent vers un traitement de l’information en profondeur (par exemple, précuneus , cortex préfrontal , gyrus frontal inférieur), et une émotivité et une empathie accrues (par exemple, insula , claustrum , amygdale , cortex cingulaire), les facettes centrales qui caractérisent l’hypersensibilité émotionnelle. Fait intéressant, ces groupes de régions cérébrales correspondent au mode par défaut et aux réseaux de saillance, qui, respectivement, assurent la médiation interne et l’attention envers les stimuli saillants et émotionnels.

Les études montrent que l’hypersensibilité émotionnelle était associée à une activation plus forte dans les zones du cerveau impliquées dans l’intégration sensorielle, la conscience et l’empathie (insula et gyrus frontal inférieur), ainsi que la préparation à l’action et la maîtrise de soi cognitive (zone prémotrice, cortex préfrontal cingulaire, médial et dorsolatéral). L’insula est particulièrement intéressante en ce qui concerne les hypersensibles car elle est responsable de la perception et de l’intégration des stimuli sensoriels intéroceptifs (la perception de ce qui se passe dans le corps). En outre, l’activation du gyrus frontal inférieur a été observée, qui fait partie d’un système de neurones miroir , un réseau de régions impliquées dans le traitement empathique et facilitant l’intuition rapide des objectifs des autres. De même, le cortex cingulaire est impliqué dans l’attention et la reconnaissance des actions des autres. La découverte de la zone prémotrice est également intéressante dans le contexte de la réponse aux émotions des autres car elle est impliquée dans le contrôle comportemental inconscient et la planification des actions. Enfin, le cortex préfrontal dorsolatéral est impliqué dans le traitement cognitif d’ordre supérieur, la prise de décision, l’autorégulation et l’exécution des tâches.

Mécanismes neuronaux de l’hypnose

Des recherches suggèrent que l’hypnose est associée à une activité réduite du réseau en mode par défaut.

Grâce à l’hypnose, l’activité est réduite dans le cortex cingulaire antérieur dorsal, une connectivité fonctionnelle est accrue entre le cortex préfrontal dorsolatéral et l’insula dans le Réseau saillance, et une connectivité est éduite entre le réseau de contrôle (cortex préfrontal dorsolatéral ) et le Réseau en mode par défaut (cortex cingulaire postérieur). Ces changements dans l’activité neuronale sous-tendent une attention focalisée, un contrôle somatique et émotionnel amélioré. Cela reflète une attention moindre à l’environnement externe, tandis que dans le même temps, la surveillance somatique est facilité.

L’hypnose pour apprivoiser l’hypersensibilité ?

Certains continuent de penser qu’on ne peut pas se débarrasser de sa sensibilité, que la seule voie est de transformer un handicap en richesse, … soit !

S’ Il est toujours intéressant d’apprendre à la connaître, à assumer le fait d’être hypersensible, sans honte, le travail d’accompagnement est essentiel. Il est aujourd’hui démontré que les personnes hyperémotives (ayant des niveaux élevés de SPS) bénéficient davantage d’une intervention psychologique. Les approches d’intervention peuvent donc non seulement être particulièrement vitales pour les personnes hyperémotives, étant donné le rapport de corrélation  entre l’hypersensibilité émotionnelle et les problèmes liés au stress, mais aussi particulièrement efficaces.

Les interventions proposées pour les personnes hypersensibles et souffrant de détresse psychologique visent à accroître l’auto-efficacité d’un individu en ce qui concerne la gestion des émotions. Étant donné qu’il a été démontré que l’acceptation des états affectifs négatifs atténue partiellement l’association entre l’hypersensibilité émotionnelle et les symptômes de la dépression, et étant donné que les associations entre l’hyperémotivité et l’anxiété n’ont été trouvées que lorsque la pleine conscience et l’acceptation étaient faibles, les programmes basés sur la pleine conscience et l’acceptation peuvent être particulièrement intéressants pour cette catégorie de personne. De même, l’hypnose et les techniques hypno-imaginatives, l’EMDR, vont être particulièrement efficaces pour appréhender le champs de l’émotion différemment.

Les interventions basées sur l’hypnose et la pleine conscience se révèlent de plus en plus efficaces dans la réduction du stress, de l’anxiété et de la prévention des rechutes de dépression.

Basé sur des données de neuro-imagerie montrant une plus grande réactivité aux stimuli affectifs en fonction du niveau de sensibilité émotionnelle dans les zones impliquées dans l’émotion, des entraînements basés sur la pleine conscience et l’hypnose vont être utiles pour améliorer la maîtrise de soi et la diminution de la réactivité émotionnelle chez les individus hautement réactifs.

Souvent issue de parcours de vie cabossés, difficiles, voire violents, l’accompagnement de l’hypersensibilité s’effectue au rythme de la personne, dans le respect de ses capacités, en veillant à ne jamais déborder la fenêtre de tolérance.

Mieux mesurer l’impact de l’hypersensibilité dans la vie quotidienne, en faire une relecture au regard de ce qui, dans le passé, a empêché le développement d’une intelligence émotionnelle de qualité, apprendre à corriger ses erreurs dans le traitement de l’information émotionnelle et à mieux réguler ses émotions font régulièrement partie du travail en hypnose. Des techniques de méditation viennent le plus souvent compléter un accompagnement de ce type.

Etudes scientifiques sur l’hyperémotivité

Difficultés émotionnelles, comportementales et sociales chez les enfants à QI élevé pendant la période préscolaire

Via une étude d’enfants âgés de 5 à 6 ans, dans l’ensemble, l’affirmation générale selon laquelle les enfants surdoués souffrent des difficultés émotionnelles et de conduite n’est pas étayée par nos données (ni est l’idée opposée qu’ils pourraient être moins enclins à émotionnel et avoir des difficultés que les enfants ayant une intelligence moyenne), bien qu’il se peut que les enfants ayant un QI élevé manifestent plus de soucis pendant la période préscolaire. Comme l’a mentionné Martins ( Martin et al.,2010 ), des études antérieures menées sur des enfants surdoués peuvent avoir été envers ceux qui avaient un niveau social, comportemental et émotionnel plus élevé difficultés parce que ces enfants ont été recrutés par la psychologie clinique chologues ou même dans les services de psychiatrie (par exemple Louis et al., 2003 ) ou dans des écoles spécialisées (par exemple Shechtman & Silektor, 2012 ). le fait que certains cliniciens ont l’impression que les enfants surdoués ont les problèmes émotionnels sont probablement dus à l’échantillonnage évident biais inhérents à la pratique clinique.(voir l’étude)

Bien-être émotionnel subjectif, intelligence émotionnelle et humeur des élèves doués par rapport aux élèves non identifiés>/h3>

Cette recherche montre que les enfants surdoués connaissent des niveaux inférieurs de SWB, moins d’expériences positives et ressentent plus de tristesse que les enfants et les adolescents non identifiés. De plus, ils avaient des scores d’AE inférieurs, surtout en raison de la clarté. L’humeur négative a également influencé la relation entre l’assurance-emploi et le SWB. Cela souligne l’importance d’utiliser des mesures d’évaluation et d’élaborer des programmes de prévention. De plus, il est nécessaire d’accroître les connaissances et les outils utilisés par les professionnels de la santé et les éducateurs pour détecter les besoins émotionnels des enfants surdoués et développer des thérapies et des interventions préventives. (voir l’étude)

Caractéristiques émotionnelles et comportementales des enfants surdoués et de leur famille

Par rapport aux enfants d’intelligence normale, les enfants surdoués se sont décrits comme plus distraits et plus vivants. La fonctionnalité sociale a été signalée comme étant faible et ils avaient une perception plus mauvaise de leur état de santé physique. Les garçons surdoués étaient déterminés à présenter plus de symptômes dépressifs que les filles surdouées. Les parents de garçons d’une intelligence normale ont rapporté des résultats scolaires inférieurs à ceux des parents de garçons surdoués. Cette différence n’a pas été déterminée pour les filles entre les cas et les groupes comparatifs. Tous les résultats obtenus dans cette étude suggèrent que les enfants surdoués sont à risque en terme de santé mentale. Par conséquent, pour pouvoir devenir des adultes en bonne santé d’un aspect biopsychosocial, il est important pour l’avenir des enfants surdoués que ce statut puisse être identifié à un âge précoce, qu’ils puissent recevoir une éducation appropriée, qu’un soutien et des conseils soient fournis pour les besoins émotionnels.(voir l’étude)

Sensibilité au traitement sensoriel dans le contexte de la sensibilité environnementale

Pour survivre et prospérer sur la planète Terre, il est essentiel pour tous les organismes de puiser dans les ressources environnementales, telles que la nourriture, la protection contre les prédateurs et le soutien social. Les animaux et les humains sont programmés pour percevoir, traiter, réagir et s’adapter à des éléments sociaux et physiques spécifiques de l’environnement, qu’ils soient positifs ou négatifs. Il est intéressant de noter qu’il existe d’importantes différences interindividuelles de sensibilité et de réactivité à l’environnement chez les animaux et les humains; certains sont beaucoup plus sensibles et réactifs que d’autres.

L’hypersensibilité fait partie d’une famille de cadres théoriques sur la sensibilité environnementale . La sensibilité environnementale est un terme générique pour les théories expliquant les différences individuelles dans la capacité à enregistrer et à traiter les stimuli environnementaux. Il s’agit notamment des théories de la sensibilité différentielle, de la sensibilité biologique au contexte, et de la sensibilité au traitement sensoriel. Toutes ces théories affirment que les individus diffèrent dans leur sensibilité à la fois aux environnements aversifs et favorables. La sensibilité au traitement sensoriel est unique en ce sens qu’elle propose un trait phénotypique sous-jacent (tempérament) caractérisé par une plus grande profondeur du traitement de l’information, une réactivité émotionnelle et une empathie accrues, une plus grande conscience des subtilités environnementales et une facilité de sur-stimulation.(voir l’étude)

L’avantage d’une hyper-sensibilité : un cadre pour les différences individuelles en réponse à une intervention psychologique

Les gens diffèrent considérablement dans leur réponse à l’intervention psychologique, certains bénéficiant davantage du traitement que d’autres. Selon le cadre théorique récemment proposé de la sensibilité du point de vue, une partie de cette variabilité peut être due à des différences individuelles dans la sensibilité environnementale, la capacité inhérente à enregistrer et à traiter des stimuli externes. Dans cet article, nous appliquons le cadre de la sensibilité vantage au domaine de la psychiatrie et de la psychologie clinique, en proposant que certaines personnes soient plus sensibles aux effets positifs de l’intervention psychologique en raison d’une sensibilité accrue.(voir l’étude)

Pissenlits, tulipes et orchidées : preuves de l’existence d’individus peu sensibles, moyennement sensibles et très sensibles

Contrairement aux théories dominantes, les analyses de classes latentes suggéraient systématiquement l’existence de trois groupes plutôt que de deux. Si nous avons pu identifier un groupe très sensible (orchidées, 31%) et un groupe peu sensible (pissenlits, 29%), nous avons également détecté un troisième groupe (40%) caractérisé par une sensibilité moyenne, que nous appelons les tulipes en accord avec la métaphore des fleurs.

Les différences individuelles dans la réactivité ou la réactivité aux stimuli environnementaux ont été observés dans de nombreuses espèces, y compris les humains. Ces différences de comportement peuvent être fonction de la variabilité interindividuelle de la capacité de sensibilité environnementale, récemment définie comme «la capacité de percevoir et de traiter les stimuli environnementaux». Bien que cette capacité fondamentale soit pertinente pour tous, étant donné l’importance de l’adaptation à des conditions environnementales spécifiques pour un développement réussi, certaines personnes semblent être beaucoup plus sensibles que d’autres.(voir l’étude)

Le trait de la sensibilité au traitement sensoriel et des réponses neuronales aux changements dans les scènes visuelles

Cette étude exploratoire a examiné dans quelle mesure les différences individuelles dans la sensibilité au traitement sensoriel (SPS), un trait de tempérament / personnalité caractérisé par une sensibilité sociale, émotionnelle et physique, sont associées à la réponse neuronale dans les zones visuelles, en réponse à des changements subtils dans les scènes visuelles. (voir l’étude)

Le cerveau des personnes hautement sensibles : une étude IRMf de la sensibilité du traitement sensoriel et de la réponse aux émotions des autres

Dans toutes les conditions, les scores HSP étaient associés à une activation cérébrale accrue des régions impliquées dans la planification de l’attention et de l’action (dans la zone cingulaire et prémotrice [PMA]). Pour les conditions de photo heureuses et tristes, le SPS était associé à l’activation des régions du cerveau impliquées dans la conscience, l’intégration des informations sensorielles, l’empathie et la planification des actions (par exemple, cingulaire, insula, gyrus frontal inférieur [IFG], gyrus temporal moyen [MTG], et PMA).

Comme prévu, des scores HSP plus élevés étaient associés à des activations plus fortes des régions cérébrales impliquées dans la conscience, l’intégration des informations sensorielles, l’empathie et la préparation à l’action en réponse à des stimuli sociaux émotionnellement évocateurs. Nos résultats ont également soutenu des prédictions supplémentaires : nous avons trouvé des activations plus fortes en réponse à des proches et à des stimuli sociaux positifs, y compris l’activation dans le VTA, une zone riche en dopamine bien connue pour son implication dans le traitement des récompenses.(voir l’étude)

Gérer le stress avec l’hypnose

Gérer le stress avec l’hypnose

La gestion du stress est une demande très forte en cabinet. Vouloir baisser son niveau de stress, mieux appréhender des situations de stress chronique, voire en sortir, font régulièrement parti du travail en hypnose.

Gérer les émotions avec l’hypnose

Gérer les émotions avec l’hypnose

Si certaines personnes cherchent à libérer des émotions, d’autres souhaitent mieux les maitriser, les contrôler afin de retrouver un équilibre, une sérénité dans les actes de vie au quotidien.

Haut Potentiel Intellectuel

Haut Potentiel Intellectuel

Vous êtes ici : Hypnose bordeaux > Adulte surdoué à BordeauxL'accompagnement de l'adulte surdoué à BordeauxJ’accompagne des adultes surdoués depuis plus de 20 ans, dans des contextes de vie professionnelle et personnelle. Mon accompagnement se base sur l’hypnose,...

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Les séances se font sur rendez-vous dans un cadre de relation d’aide et en toute confidentialité et discrétion, sans discrimination d’origine, de mœurs, de situation familiale, d’orientation sexuelle, de religion… Combien de séance, comment se déroulent-elles, quel est le prix, comment se présente mon cabinet ? …

Les états modifiés de conscience

Les états modifiés de conscience

Altérer, temporairement l’expérience subjective fait partie des mécanismes hypnotiques, dans les phénomènes d’induction de transe. Dire que l’hypnose est un état de conscience modifié est a minima réducteur de ce que serait l’hypnose, si tant est qu’il soit possible, un jour, de la définir dans toutes ses dimensions. La transe, l’expérience d’une sensation non ordinaire, fait cependant partie du paysage des expériences vécues en hypnose.

Hypnose et traumatismes complexes

Hypnose et traumatismes complexes

La recherche commence à démontrer qu’il est considérablement plus répandu que le syndrome de syndrome de stress post traumatique plus circonscrit décrit dans le DSM. Sur cette base, nous discutons des raisons pour lesquelles le traitement hypnotique structuré est particulièrement bien adapté pour le syndrome post traumatique complexe

Bronchopneumopathie chronique obstructive et l’hypnose

Bronchopneumopathie chronique obstructive et l’hypnose

Une étude récente conclue qu’une séance d’hypnose de 15 minutes a amélioré l’anxiété des participants des personnes atteinte de bronchopneumopathie chronique obstructive. Les résultats indique que l’hypnose peut contribuer à l’amélioration des niveaux d’anxiété et de la mécanique respiratoire chez les patients atteints de BPCO sévère.

Arrêter de fumer, les déclencheurs, les excuses

Arrêter de fumer, les déclencheurs, les excuses

Observer les situations qui pour vous sont les plus difficiles à gérer au quotidien, va le plus souvent être un vecteur de progression dans votre arrêt du tabac. Avant d’envisager à défaire les liens, les dépasser le plus simplement, comprendre ou sont ses propres déclencheurs, quelles sont les idées à propos de ma consommation de cigarette qui peuvent être un frein, ou générer une peur ?

La théorie polyvagale et l’hypnose

La théorie polyvagale et l’hypnose

La théorie polyvagale nous a fourni une compréhension plus sophistiquée de la biologie de la sécurité et du danger. La théorie polyvagale décrit le nerf vague (ou système parasynpathique) en deux branches séparées : le nerf vagal dorsal (ou nerf vague ancien – branche dorsale du nerf vague) et le nerf vagal ventral (ou nerf vague nouveau – branche ventrale du nerf vague).

La neuroplasticité cérébrale comme vecteur de changement en hypnose

La neuroplasticité cérébrale comme vecteur de changement en hypnose

Si nous disposons tous au démarrage d’un “potentiel plastique”, certains d’entre nous, plutôt que de développer ces capacités plastiques à travers le nourrissement de la créativité, de la spontanéité, de l’imprévisibilité, vont plutôt s’inscrire dans des tendances routinières, au travail, en famille, dans leurs relations…, en répétant quotidiennement les mêmes faits et gestes. Cette répétition à outrance les amène à ne devenir petit à petit que l’ombre d’eux-mêmes.

Les valeurs comme buts motivationnels en hypnothérapie

Les valeurs comme buts motivationnels en hypnothérapie

Au cours d’un accompagnement en hypnose, en PNL, en coaching, il est souvent intéressant de questionner les valeurs de la personne pour qu’elle se connecte mieux à ses envies, ses buts, ses objectifs et la guider dans le sens de ce qui est véritablement important pour elle, sans jugement de valeur.Avoir conscience de ses propres valeurs développe la capacité de faire des choix, de poser des limites claires pour soi et pour les autres. Les implications peuvent être très nombreuses (apprendre à dire non, lever les indécisions, retrouver le goût et la motivation, apprendre à mieux se connaître, comprendre les mécanismes sous-tendus par ses valeurs…

La construction de l’addiction au tabac

La construction de l’addiction au tabac

Que l’on se place du point de vue des neurosciences, de la psychologie sociale ou de l’éducation, votre façon de fumer vous est propre, spécifique, et cette façon de consommer est le résultat d’une série d’apprentissages.

Arrêter de fumer est un processus qui consiste à désapprendre, à déconstruire, notre façon de fumer et le rapport que vous avez par rapport au tabac. En fonction de votre parcours de vie…

Cabinet public à Bordeaux – Kevin Finel – Directeur de l’ARCHE

Cabinet public à Bordeaux – Kevin Finel – Directeur de l’ARCHE

Comme à chaque cabinet public, kevin finel parle un peu d’hypnose, part en improvisation par rapport à ce qui se passe avec vous, aux envies que certains pourrons avoir.
L’idée des cabinet publics est de montrer de l’hypnose en même temps qu’on en parle puisque c’est la meilleure façon de comprendre ce qui s’y passe
D’expliquer un peu ce que sont les concepts et puis de s’amuser.